Sentiers de randonnée de
      La Gomera

El tiempo en La Gomera
Mapa de senderos de La Gomera en españolTrails map for hiking in La Gomera in englishKarte der Wanderwege von La Gomera in DeutschCarte des sentiers de La Gomera en français
 Au sujet du site 
Youtube channel-canal

Carte du sentier de randonnée: Hermigua/El Estanquillo-El Cedro-Ermita-Las Mimbreras-Pista Don Mario-El Corralete-El Estanquillo

Sentiers de randonnée pédestres de La Gomera > Hermigua/El Estanquillo-El Cedro-Ermita-Las Mimbreras-Pista Don Mario-El Corralete-El Estanquillo

Ressources de La Gomera


Distance 14,21 kmDénivelé ascendant 907 mDénivelé descendant 907 mDifficulté 3  5h 4mn  -  Chemins circulaires  -Sans connection autobus     Télécharger le fichier kml du sentier pour voir avec GoogleEarth  15.kml - 15.gpxEnviar el track a un email   

Fiche technique      

Pourquoi n'y a t'il pas de texte?
1->2 - ()  Très bon état  -> 
Distance 1,54 km  Dénivelé ascendant 238 m  Dénivelé descendant 31m
2->3 - ()  Très bon état
Distance 1,38 km  Dénivelé ascendant 292 m  Dénivelé descendant 17m
Remonter le long du barrage en direction du Cedro. La cascade qui en descend depuis une hauteur de plus de 200m en marque tout le paysage et apporte l'eau à la végétation exhubérante que l'on y trouve. La montée est raide mais le paysage est de toute beauté jusqu'à l'arrivée sur le plateau. Suivre le ruisseau jusqu'à l'aire de pique-nique. (Alternative: remonter directement en face l'abri aux moutons par l'escalier au bar La Vista)
3->4 - ()  Très bon état
Distance 0,65 km  Dénivelé ascendant 55 m  Dénivelé descendant 5m
Remonter par la route quelques dizaines de mètres et, à l'embranchement, tourner à droite en direction de l'Ermita de Lourdes. Suivre le long de la plantation de fruitiers puis remonter l'escalier sur la gauche, indiqué Ermita de Lourdes, jusqu'à un groupe de maisons dont l'ancienne école. Sur la gauche le sentier remonte vers la Aula de la Naturaleza et la route, tout droit la chapelle et la forêt.
4->5 - ()  Très bon état
Distance 1,08 km  Dénivelé ascendant 86 m  Dénivelé descendant 44m
Suivre vers la chapelle et la forêt. Bientôt commence du Parc National avec sa vegetation luxuriante, jusqu'à la chapelle d'où, sur la gauche face à la chapelle, part le 'Sentier des Politiques' endirection de La Meseta et El Rejo, après avoir traversé la piste qui descend au village du Cedro. Tout droit, le sentier traverse la barranco par un petit pont de bois et remonte vers Las Mimbreras, El Contadero et le sommet du Garajonay.
5->6 - ()  Très bon état
Distance 0,48 km  Dénivelé ascendant 31 m  Dénivelé descendant 4m
Suivre le ruisseau dans la forêt jusqu'à Las Mimbreras et sortir sur le parking le long de la piste qui sur la gauche conduit vers la piste pavée du Cedro et sur la droite rejoint le village de Los Aceviños. Après le pont, sur la gauche, démarre le sentier qui remonte vers le sommet du Garajonay.
6->7 - ()  Très bon état
Distance 3,09 km  Dénivelé ascendant 170 m  Dénivelé descendant 95m
Suivre la piste en direction de Los Aceviños. Après 3km de parcours agréable dans la forêt et pratiquement plat, un sentier, indiqué El Cedro, quitte la piste sur la droite. Tout droit los Aceviños.
7->8 - ()  Très bon état
Distance 0,14 km  Dénivelé ascendant 0 m  Dénivelé descendant 23m
Quitter la piste et descendre par le chemin creux jusque sur la piste qui continue pour rejoindre Hermigua par la piste de Don Mario ou Los Aceviños par la lisière de la forêt. Sur la droite débouche le sentier qui remonte depuis le village du Cedro.
8->9 - ()  Très bon état
Distance 2,29 km  Dénivelé ascendant 7 m  Dénivelé descendant 169m
9->10 - ()  Très bon état
Distance 1,64 km  Dénivelé ascendant 4 m  Dénivelé descendant 297m
10->11 - ()  Très bon état
Distance 1,93 km  Dénivelé ascendant 24 m  Dénivelé descendant 222m

Sentiers de randonnée pédestre alternatifs de la même zone:

Description

Depuis Hermigua jusqu'é El Cedro

Randonnee: vallee d'HermiguaCette randonnée inclue les sentiers traditionnels les plus importants qui communiquaient Hermigua avec le hameau du Cedro, la forêt et le centre de La Gomera. L'eau est l'élément central de toute la randonnée, elle coule toute l'année au fond de ces barrancos créant cascades et ruisseaux. La végétation naturelle que nous rencontrons est celle des fonds de barrancos humides(saules, joncs, roseaux ...), conjointement avec une forêt qui va s'épaississant au fur et à mesure de la montée.

Pratiquement toute la randonnée se fait à l'intérieur de la Zone de Conservation Barranco Cedro-Liria (Red Natura 2000), en passant par tous les écosystèmes propres de la bande des 600m du nord de La Gomera: barrancos humides peuplés de saules, bois thermophiles, fayal-brezal et forêt de lauriers de fond de barrancos. On y trouve aussi des colombes endémiques spéciallement adaptée à ce milieu.

La randonnée démarre à l'Estanquillo (330 m), auquel on accède en voiture par le quartier de San Pedro ou à pied depuis la place du Convento en passant au pied des Roques de San Pedro (deux monolithes spectaculaires que président la vallée d'Hermigua. La légende nous racontent que ce sont deux amants s'embrassant ont été pétrifiés par un éclair et ensuite séparés.

Les murs de terrasses cultivées, les ruines de 10 moulins à gofios et le grand nombre de terrasses en culture vivrières (igname, mais, chocho, patates ...) attestent de l'intense activité qui régnait autrefois dans cette partie de la vallée, grâce à l'abondance de ce bien précieux, l'eau du Cedro.

À mesure que nous montons, le sentier se fait plus incliné et sinueux et côtoie terrasses cultivés et ignames (plante introduite dans les îles, de grandes feuilles et dont la racine se consomme aux jours de fêtes). Passerelles en bois permettent de traverser le ruisseau et sa végétation et la fraîcheur aide l'ascension.

Plus haut le barrage de los tilos, parfois habité par quelques oiseaux migrateurs ou les colombes de la laurisilva (fossiles vivants de l'Ère du Tertiaire. Deux espèces parcourent les forêts canariennes: la turqué et la rabiche. Toute les deux, protégées, sont tout un symbole de la faune de La Gomera.

Depuis le barrage on aperçoit la cascade de "El Chorro", la plus haute et impressionnante de La Gomera, avec 175 mètres de chute. Le ruisseau y coule toute l'année alimenté par Le Cedro. Autrefois son débit était beaucoup plus important.
L'inclinaison du chemin se fait plus accentué en arrivant à un petit point de vue d'où l'on peut contempler la cascade et le barrage plus bas.
En face les ruines de l'ancienne central hydroélectrique de Monforte, première centrale génératrice d'énergie de l'île qui alimentait les villages de Hermigua et Agulo (1912).
Depuis le haut de la cascade, nous attend une vue spectaculaire sur tout le barranco de Monforte, avec, au fond, la vallée d'Hermigua.

La Forêt du Cedro

Le hameau du Cedro (815 m), est une visite obligée sur La Gomera. Les petites maisons de pierre y tuiles apparaissent dispersées dans la végétation abondantes qui borde la forêt ( fruitiers, bruyères, châtaigniers, ronces, palmiers) et les terrasses cultivées. Il y peu, le Cedro avait une population importante qui vivait de l'agriculture et aussi de la forêt en relation avec la vallée d'Hermigua. Aujourd'hui seules quelques familles y vivent du tourisme et de l'agriculture.

Le Barranco du Cedro, après avoir été nommé, au cours des siècles, le Barranco des Taureaux, La Montagne des Cendres, a reçu, plus récemment, son nom actuel de "El Cedro" par l'existence d'un grand cèdre centenaire toujours vivant. Indépendamment du nom, ce barranco est surtout connu pour sa forêt et son ruisseau. Situé à l'intérieur du Parc National de Garajonay, le  Mont du Cedro contient la plus belle représentation de la forêt de laurier. D'autre part le ruisseau du Cedro est le plus important cours d'eau permanent de La Gomera.

Quelques maisons et terrasses isolées bordent le sentier ainsi que quelques beaux exemplaires de phoenix canariensis (palmiers) qui dépassent les bruyères arborescentes (Myrica faya y Erica arborea). Une fois dans le parc nacional, c'est le chant joyeux du ruisseau qui nous accomagne et d'un coup nous nous retouvons entourés de grands arbres et surpris par l'humidité régnante. Viñatigos (Persea indica), lauriers  (Laurus azorica), tiles, aceviños étendent leur ombre sur un sous-bois épais de Follao (Viburnum rigidum), la Estrelladera, de magnifiques colonies de fougères (Woodwardia radicans) et de formidables tapis de lierre canarien (Hedera canariensis) . Le tout forme une épaisse forêt humide, jungle subtropical, qui traversé par la brume crée une ambiance bucolique et magique, de complète harmonie avec la nature.

L' ermitage de Nuestra Señora de Lourdes (910m), pittoresque et solitaire au milieu de la forêt est sujet d'une grande ferveur religieuse entre les habitants de la vallée d'Hermigua. Elle a été construite en 1935 sur l'initiative de Florence Stephan Parry. Doña Florencia, comme on l'appelait arriva sur La Gomera comme institutrice des enfants de don Mario Novaro Parodi, un ingenieur italien propriétaire de l'ancienne conserverie de poisson La Cantera, sur la commune d'Alajeró au sud de La Gomera. La ferveur populaire a été en augmentant au cours des années jusqu'à être la plus importante de La Gomera. Le silence qui imprègne ce lieu est seulement perturbé par l'agréable bruit du ruisseau et le chant des oiseaux et plus spécialement par celui du pinson gomero, endémique de La Gomera.

La fête, dans sa pleine extension, fut interdite en 1.984, après un tragique incendie que affecta la partie sud du Parc National de Garajonay. Actuellement la fête se limite à la procession accompagné de la traditionnelle Danse du Tambour et a lieu le dernier dimanche d'aôut. Le bal du Tambour, le tajaraste et le romancero gomero sont les éléments de base de la culture propre à La Gomera. En simplifiant nous pouvons dire que c'est une manifestation folklorique où les chanteurs (romanceadores) et le choeur reprennent des textes ou poésies  populaire sur un fond de musique, nommée tajaraste, générée par les castagnettes et les tambour, en même temps que les danseurs effectuent un danse très particulière.
Les romances sont des poèmes épiques traditionnels qui ont été transmis de génération en génération. La Gomera est l'unique lieu où se conserve cette tradition orale totalement vivante.
La singularité de cette manifestation musicale, très éloignée des patrons musicaux européens , fait qu'à beaucoup de gens le son et le rythme semblent quelque peu bizarres, laissant une fausse impression de monotonie. Dans le jeu entre le soliste, qui chante l'histoire et le choeur qui reprend le "pied de la romance" (authentique soutien de l'interprétation) se crée une atmosphère d'abandon que provoque l'espèce de transe qui caractérise la Danse du Tambour Gomero.

Depuis Las Mimbreras jusqu'à Hermigua

La piste forestière se fait plus agréable, bordée par des colonies importantes de grandes fougères (Woodwardia radicans) et la forêt laisse la place à des sols plus pauvres couverts de bruyères, myrica faya et aceviños (Fayal-brezal) avant d'atteindre la piste de "Don Mario". Cette piste a été promu par un curé français appelé Mario Lhermet Vallier, qui officia a Hermigua à partir du milieu du XX siècle en provenance de l'Ardèche. Son oeuvre principale a été la fondation d'un établissement pour l'éducation des enfant les plus pauvres du village d'Hermigua. Cette piste devait relier les hameaux de Los Aceviños sur la partie haute coupés du reste de la vallée par des falaises. Nous trouvons quelques châtaigniers avant d'arriver à la Cabeza de la Mesa (860 m), où la vue s'ouvre sur toute la vallée d'Hermigua au-dessous de nous. Une descente bien prononcée nous amène aux terrasses abandonnées de Los Ancosillos, avant d'atteindre l'Hermitage de San Juan (390m) sur la Montañeta, au-dessus du hameau de Las Cabezadas. La randonnée reste sur la partie au-dessus de ces lieux pour suivre la partie basse de la falaise d'où perle toujours l'eau avant d'atteindre le hameau de Corralete el ensuite El Estanquillo.

Accueil | Enlaces | Contact Email